Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #billet d'actualite

NE TIREZ PAS SUR LES PILOTES !

 

Les pilotes d’Air France gagnent bien leur vie,… et même très bien ! Et alors ? Qui peut accuser une quelconque catégorie professionnelle de défendre ses intérêts, ses acquis ? Le scandale n’est pas le haut niveau de rémunération des pilotes mais le faible niveau des autres catégories professionnelles en galère.

En effet, que se joue-t-il dans ce conflit ?  Une simple lutte, de la part des pilotes, pour défendre des privilèges ? C’est cela auquel voudraient faire croire direction d’Air France et Gouvernement. En fait le problème est plus complexe et dépasse largement le cadre d’une simple défense catégorielle.

La direction d’Air France, face à la concurrence acharnée dans le transport aérien, veut complètement transformer sa stratégie. Pour cela elle envisage de créer, parallèlement à une filiale de luxe, une filiale à « bas coûts » qui sous-paiera le personnel et transportera au rabais le bon peuple. Et pour cela, elle a une argument imparable : les autres font ainsi.

Les pilotes refusent que, dans cette nouvelle structure, certains d’entre eux soient moins payés pour un temps de travail plus long. Qui peut être contre ?

La direction d’Air France, épaulée par le Gouvernement n’hésite pas à avoir recours aux procédés les plus scandaleux et les plus vils pour contrer cette lutte. Ainsi, elle joue le reste du personnel, hôtesses, personnel au sol, bien moins payés, contre les pilotes. Elle a recours au chantage à la liquidation de l’entreprise pour casser cette grève.

Il n’y a en fait rien de très nouveau dans ce conflit qui illustre parfaitement à la fois les limites des luttes traditionnelles – la grève- et les conditions qui sont faites pour les salariés dans un monde économique entièrement libéralisé.

Ce contre quoi se battent les pilotes, dépasse largement leurs simples conditions catégorielles. Est-il irresponsable aujourd’hui de lutter pour préserver les acquis, pour refuser les conditions faites par le marché, pour refuser la régression sociale qui se généralise dans toutes les activités professionnelles ? Telle est la vraie question qui est posée aujourd’hui.

En refusant de poser cette question, éminemment politique et en ne cantonnant le problème qu’au simple niveau commercial et gestionnaire, la direction, et au-delà le gouvernement, entérinent le fait qu’aujourd’hui, tout espoir est perdu de construire une société dans laquelle primera l’intérêt humain. Le choix est fait de la prééminence des lois du marché.

Faut-il capituler face au capitalisme mondialisé ou lutter pour conserver des acquis chèrement conquis et défendre une éthique sociale ? Avant de jeter la pierre aux pilotes d’Air France, répondons à cette question.

 

29 septembre 2014

NE TIREZ PAS SUR LES PILOTES !

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Hébergé par Overblog