Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #matiere a reflexion

1er Mai : De la conquête… à la déroute !

 

 

Ne rêvons plus,… le 1er Mai n’est plus ce qu’il était, même si nous voulons – espérons - qu’il soit autre chose que ce qu’il ne peut qu’être : le « chant du cygne » d’un mouvement ouvrier à l’agonie.

 

Soyons lucides : le temps des conquêtes sociales est passé, de même que la « solidarité internationale des travailleurs »,… Dans le meilleur des cas, on sauve provisoirement quelques lambeaux des anciennes conquêtes sociales. Ce que nous croyions être des conquêtes, n’étaient en fait que des miettes que nous accordait le Capital qui, loin de s’affaiblir, s’employait à dominer le monde… ce à quoi il est parvenu.

 

Le constat est amer, dur, c’est vrai… mais il est réaliste,… et ce n’est pas en se racontant de belles histoires ainsi qu’aux jeunes générations et à celles qui suivront que nous ouvrirons les portes d’un monde meilleur.

 

Les forces de répression du Capital n’ont plus à disperser les troupes contestataires de salariés qui critiquent leurs conditions de travail, le Capital a largement rempli cette mission. Le rapport est inversé : on réclame plus d’emplois et le Capital impose impunément et sans contrôle ses conditions sur la planète par les restructurations, les liquidations, les délocalisations.

 

Nous avions raison socialement et moralement, mais notre stratégie de lutte et de conquête était fausse. Politiquement, nous avons fait fausse route. Il va nous falloir nous débarrasser des certitudes du passé et inventer une stratégie nouvelle pour l’avenir.

 

Quel spectacle donnons nous, aujourd’hui, dans un défilé du 1er Mai ? Celui d’un mouvement combatif en route vers de nouvelles conquêtes sociales, sur la voie de la libération du Travail et de l’émancipation des travailleurs ? Qui peut le croire ? Qui peut croire que « C’est la lutte finale…. » ?

 

Le 1er Mai ne saurait cacher la désespérance qui s’est emparée du monde du Travail. Notre naïveté, exploitée par des organisations politiques sans scrupules, nous conduit aujourd’hui au bord du chaos. Les forces obscures du néofascisme, comme au siècle dernier, piétinent aux portes du Pouvoir.

 

Leur victoire sera aussi notre défaite.

 

                                                                                                  P.M       Toulouse, le 1er mai 2017

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Hébergé par Overblog