Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #billet d'actualite

Billet d'actualité ..............................................................................................

 

CE QUI SE JOUE A CHYPRE

 

La République de CHYPRE est un petit pays ( 610 000 Chypriotes grecs dont 211 000 sont des réfugiés venant du Nord occupé par la Turquie), au secteur bancaire hypertrophié grâce à une fiscalité de « paradis fiscal » doublé d’un puissant secteur touristique… les deux se complétant. Fer de lance de l’Union Européenne face à la Turquie, la République Chypriote est d’un intérêt politique stratégique pour l’Europe.

 

Mais ceci n’explique cependant pas la soudaine montée de tension économico financière sur ce petit pays.

 

La crise financière, et la rigueur économique afférente, frappant ce petit pays, il semblerait que les énormes réserves de devises (en $US) des banques provenant de Russie pour 31 milliards, 12 milliards à d’autres banques et 19 milliards aux entreprises et personnes privées (estimation de l’agence Moody’s) ait été un éléments déterminant dans la crainte d’un risque de défaut de paiement, c'est-à-dire l’incapacité d’honorer le remboursement de la dette.

 

« La crise  chypriote serait en grande partie le contrecoup de la restructuration  de la dette grecque. Autrement dit un effacement partiel de la dette  souveraine grecque risquait d'entraîner un risque de défaut banques chypriotes, hauteur de 10 milliards d'euros (un premier effet  domino de la crise au sein de la zone euro ?) ».François MORIN

 

La brutalité des autorités européennes, aurait été encouragée par le fait que les immenses fonds russes en dollars seraient d’origine « douteuse »,… ce qui sur un plan moral (sic) une ponction sur ces comptes en banques ne troubleraient guère les « consciences financières ».

 

Les choses se sont gâtées quand ont été mis dans le même plan ces fortunes en dollars et les comptes en banques des citoyens chypriotes… d’où le long moment d’hésitation des autorités obligées de faire la part des choses : limitation de la taxation à partir d’un certain niveau des comptes (100 000€). Ceci explique également les réactions des russes et britanniques qui se sont sentis – et même plus – piégés.

 

La situation s’est calmée – (voir Canard Enchaîné – 27 mars 2013) lorsque les autorités chypriotes, dans leur « grande sagesse » et en toute « opportunité » ont épargné deux banques très particulières :

 

  • la HELLENIC BANK – banque de l’église orthodoxe – principal actionnaire du premier producteur de bière- « ainsi soit-il » et  « à la bonne vôtre » !
  • la Vneshtorgbank (VTB) – banque à participations russes, mais qui en dépit des garanties offertes se refuse, malgré des sollicitations, à s’engager plus avant dans le système bancaire chypriote.

 

Si le risque de défaut de paiement a été évité, si les mesures financières impopulaires ont pu être atténuées, si les « intérêts étrangers » ont pu, en partie être épargnés,… il n’en reste pas moins que rien sur le fond, n’est réglé : la Laïki Bank, la deuxième banque de l'île est mise en faillite, le contrôle des flux de capitaux va étrangler en partie l’activité économique de l’île (entreprises et particuliers). L’importation des produits de première nécessité va souffrir de cette situation avec les risques de pénuries doublant les mesures d’austérité.

 

La sortie de l’Euro a été évitée,… mais à quel prix. L’avenir le dira !

 

31 mars 2013

 

CE QUI SE JOUE A CHYPRE

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Archives

Hébergé par Overblog