Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #billet d'actualite

FRONT REPUBLICAIN : LE MIRAGE

 

C’est une stratégie, ou plutôt une tactique entre ce qu’il est convenu d’appeler la Droite et la Gauche pour faire barrage, au moment d’une élection, au Front National.

 

Soyons clairs tout de suite : c’est une tactique purement défensive, une attitude « par défaut ». Le Front Républicain n’est porteur d’aucune stratégie, d’aucun programme…. C’est une « alliance » de circonstance, sans lendemain.

 

Or, au fur et à mesure de l’alternance au pouvoir et de l’incapacité des uns et des autres à résoudre les problèmes, la mondialisation marchande et la crise aggravant la situation, cette manœuvre devient de plus en plus nécessaire et a tendance à se généraliser. Ce Front Républicain qui était présenté comme une exception dans le processus électoral est en passe de devenir la règle. Pourquoi ?

 

Les marges de manœuvres sont de plus en plus réduites pour s’acheter, comme autrefois, la paix sociale. Le champ est donc libre pour toutes les démagogies mais aussi pour des stratégies de rupture. Or, des stratégies de rupture ne sont portées réellement par aucune organisation politique – sinon dans leurs discours, et encore ! Reste la démagogie ! Et là, le Front National, comme tous les mouvements néo-fascistes (voir l’Histoire du 20e siècle) est au top niveau. Balayant le champ des revendications, il les adopte toutes. Balayant le champ des peurs, il les évoque toutes. Il fleurit sur le fumier de la décadence politique et sociale, de la peur et de la rancœur.

 

Le Front Républicain c’est la cerise sur le gâteau pour l’extrême droite, qui non seulement, sur le long terme n’est pas tenable pour ceux qui l’utilisent, mais lui permet d’en rajouter une couche quant à la collusion des professionnels de la politique qui se succèdent au pouvoir sans jamais résoudre les problèmes.

 

Est-ce par une démarche purement défensive et conservatrice que l’on va stopper le danger que représente le Front National ? La réponse est évidemment NON ! Or aujourd’hui c’est la seule stratégie proposée par les partis politiques dominants.

 

Le Front National peut ainsi se payer le luxe, sans programme économique et social, à faire de la surenchère. Rien sur le temps et les conditions de travail, les retraites, la santé… Il est l’expression, en creux, des impuissances et des trahisons (pour la gauche) des partis politiques. Il construit un ersatz de programme avec les promesses faites par les autres, le tout saupoudré de haine et d’aigreur.

 

Le Front Républicain ne fait que reculer le moment où l’extrême droite obtiendra suffisamment de voix, de sièges pour jouer véritablement un rôle politique réel… et l’on sait ce que cela donne… Il sera alors trop tard. Tout le monde se renverra la responsabilité du désastre…. ça a déjà d’ailleurs commencé.

 

Tirer les leçons de l’Histoire dîtes-vous ?......

 

1er juillet 2013

 

FRONT REPUBLICAIN : LE MIRAGE
Publié par PM sur
Publié dans : #billet d'actualite

PEUPLE INGRAT

 

Le Brésil, sa Samba, son Carnaval, son football, sa classe politique « progressiste », la patrie de Lula, le syndicaliste parvenu au pouvoir, son taux de croissance,… bref son avenir envié par tous !

 

Et voilà que ce peuple comblé, respirant la joie de vivre, l’exemple même du bonheur dans ce monde cruel, descend dans la rue comme de vulgaires syndicalistes européens contestant les bienfaits des délocalisations et de la mondialisation. Ce peuple pacifique qui aime tant la fête et le football affronte une police qui n’était là que pour assurer son bonheur. Et pire que tout, il proteste, conteste, dénonce les frais engagés pour satisfaire ses désirs : les infrastructures sportives en vue du Mondial de football de 2014.

 

Bon OK, c’est vrai que les touristes venant pour cet évènement occupent les meilleurs hôtels, fréquentent les meilleurs restaurants, ont les meilleures places dans les stades… mais en retour, ils apportent des dollars et des euros, et créent des emplois ! Il faut bien s’occuper d’eux, les transporter, les nourrir, nettoyer leurs chambres, désinfecteur leurs WC, vider leurs poubelles, on peut aussi mendier quelques pourboires,… et même profiter de quelques services que la morale réprouve mais la police tolère… Bref un véritable el dorado pour le peuple.

 

Alors que tout le monde sait que le peuple brésilien ne vit que pour le football – voir les reportages depuis des années – mais aussi pour le Carnaval, ne voit-on pas des gens qui aujourd’hui revendiquent des choses impensables, insensées, comme le logement, l’éducation, la santé ! On pensait que des choses pareilles ne pouvaient exister que dans des pays décadents comme la France, l’Espagne, l’Italie,… mais pas de la part d’un pays en plein « boom économique » cité en exemple par les « experts » du Fond Monétaire International.

 

Décidemment tout se perd. Mais dans quel monde vivons-nous ?

 

Ces valeurs sûres que sont la croissance économique, le charisme des leaders politiques, l’amour du sport, l’exotisme sont une fois encore en train de s’écrouler comme elles l’ont fait en Egypte, en Tunisie, en Turquie.

 

Décidemment les peuples ne comprennent rien.

 

Tous ces pays exotiques, paradis touristiques sentant bon le soleil et le farniente sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis. Leurs peuples ignorants ne comprennent pas qu’ils vivent dans des pays qui sentent bon les vacances.

 

Et pour nous qui avons le sens des réalités se pose alors la vraie question :

 

Où partir cet été pour être tranquille ?

 

25 juin 2013

 

 

 

 

PEUPLE INGRAT
Publié par PM sur
Publié dans : #billet d'actualite

SYRIE : LE CLAIR /OBSCUR

 

Souvenez-vous : 1936-37-38…l’Espagne

 

La pièce est d’un grand classique : unité de temps, unité de lieu, unité d’action.

 

Sur la scène, deux camps irréductibles, une lutte à mort, deux conceptions totalement incompatibles entre un fascisme avoué et des principes républicains, entre les défenseurs de l’oligarchie terrienne et ceux qui voulaient un changement social radical. Une lutte atroce où tous les coups étaient permis ;

 

Dans la salle, en spectateurs, les puissances européennes et quelques autres : les unes, les Etats fascistes prenant ouvertement et concrètement partie pour les fascistes (logique direz-vous !), les autres, les soutiens des républicains qui, soit par lâcheté, compromission ou stratégie politique, les soutiennent plus ou moins. Ceux-ci sont divisés, voire en conflits les uns avec les autres. Certains d’entre eux, soutenus par les soviétiques, sont un danger potentiel pour certains Etats favorables aux républicains, mais aussi pour des factions de la République.

 

Bref, le carnage se déroule aux yeux de tous, avec la détermination farouche des uns, les hésitations et les craintes des autres. La suite, on la connait !......

 

Il est vrai qu’il n’y a pas deux situations identiques dans l’Histoire, mais il y a des logiques, des comportements, des dynamiques qui sont identiques. C’est au nom, et en vertu, de la similitude de ces logiques que l’on doit pouvoir tirer des leçons de l’Histoire, sinon, ce travail est impossible et le travail de mémoire, inutile.

 

Revenons maintenant à la « pièce » qui se joue actuellement en Syrie. Bien sûr l’époque est différente, les acteurs sont différents, les enjeux, diplomatiques, politiques mais pas éthiques, le sont aussi. Peut-on affirmer, qu’au nom de ces différences, les logiques ne se ressemblent pas ?

 

Il est clair qu’on laisse un assassin continuer à exterminer son peuple avec le soutien d’un autre assassin – le bourreau de la Tchétchénie - mais reconnu et respecté, lui !

 

Il est clair que, dans le pays, l’opposition à l’assassin est divisée, voire hétérogène et peut même représenter à certains égards un risque de dérive dangereuse.

 

Il est clair que le soutien du « bourreau » à son protégé est connu de tous et que lui-même le revendique, dénonçant au passage tout soutien au camp adverse, ce qui est le comble du cynisme.

 

Il est, une fois encore, clair que rien ne sera fait pour arrêter le massacre.

 

On se gargarise officiellement  d’Histoire et de devoir de mémoire,… mais, au juste, ça sert à quoi ?

 

23 juin 2013

 

 

SYRIE

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Hébergé par Overblog