Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #rimes contestataires catégorie

Publié par PM sur
Publié dans : #RIMES CONTESTATAIRES

Au nom de l’œil du Père…

 

Lorsque avec ses nervis, tous en costard trois pièces,

Echevelée, livide, alors que  le temps presse,

Marine se sauva de devant son papa,

Les élections venant elle allait à grands pas

De villes en régions y répandre sa haine.

Ses sbires fatigués et souffrant de migraine

Lui dirent « Rejoignons un hôtel et dormons »

Mais Marine lassée ménageait ses poumons.

Ayant levé la tête, au dessus des toilettes

Elle perçut un œil ouvert sur la lunette,

Et qui la regardait dans l'ombre fixement.

 «  C’est encore papa » cria-t-elle en tremblant.

Secouant ses nervis qui dormaient habillés,

Elle reprit la route se sachant surveillée.

Elle marcha plusieurs mois agitée, pathétique,

Elle courait muette, insensible aux critiques.

Fugitive elle était, craignant l’œil paternel.

Sans repos, en tremblant, elle vomissait son fiel.

En tenant des discours qui promettaient le ciel.

 « Arrêtons nous, dit-elle d’un ton caractériel

Prenons tout notre temps pour refaire le monde »

Et c’est à cet instant qu’elle elle revit l’immonde.

L’œil était toujours là, au regard de glaçon.

Alors elle tressaillit à en perdre  raison :

 « Crevez-le ! » cria-t-elle, bouche de bave pleine

Et tous les militants regardaient, leur cheftaine.

Marine dit à Florian, bras droit obéissant

Au plaisir bien connu des hommes complaisants:

 « Construis moi devant l’oeil une grande muraille,

Comme celle qu’il faut pour mater la racaille».

Et quand il l’eut construite avec force béton

 « Vous ne le voyez plus » dit Florian Patapon

Confident de Marine et du Front l’homme fort

Marine répondit : « Je vois papa encor' »

Alors n’y tenant plus et au bord de la crise

Alertant les médias, usant de vocalises :

« Bâtis moi un blockhaus aux fenêtres bien closes,

Un abri plus que sûr pour que je me repose ».

L’abri réalisé tout le monde était las

Et Marine éructa « Cet œil est toujours là »

Alors de guerre lasse, de lutte dégoûtée,

Elle reconnu enfin : les dés étaient jetés

C’est solennellement qu’elle voulut qu’on l’enterre.

Dès lors, dans son sépulcre, la fille solitaire

Pensa n’être plus vue, et ne revoir plus rien.

On fit donc une fosse, Marine dit « C'est bien ! »

Elle descendit seule sous cette voûte sombre.

Et quand elle  fut assise sur sa chaise dans l'ombre

Et qu'on eut sur son front cadenassé la mine

 L’œil était dans la tombe et regardait Marine.

 

                                   La Belette

D’après LA CONSCIENCE –« La Légende des Siècles »

Avec l’aimable complicité et l’absolution posthume de Victor HUGO

 

AU NOM DE L'OEIL DU PERE
Publié par PM sur
Publié dans : #RIMES CONTESTATAIRES

AUX URNES LES MOUTONS

 

Le voici revenu le temps des élections

Celui où les élus nous prennent pour des cons,

Celui où les promesses et serrages de mains,

Eclairent de mille feux ce que sera demain.

 

Pendant tous ces longs jours où l’urne était absente,

Ils géraient en silence toute affaire cessante,

Surtout leurs intérêts, puis ceux de la cité,

Derrière le paravent de leur sérénité.

 

Ils veulent absolument qu’on aille tous voter,

Assurant par là même leur légitimité,

En donnant l’illusion au pouvoir qu’ils détiennent,

Que c’est leurs ambitions que le peuple a fait siennes.

 

De l’illusion ces princes tout comme les comètes,

Reviennent par période refaire leurs emplettes,

Sollicitent nos voix avec de grands sourires,

Et si on les ignore, nous prédisent le pire.

 

A toutes nos questions ils ont une réponse,

Mais pour nos vrais problèmes ils n’en ont pas une once.

Ils déclarent savoir depuis des décennies

Mais leur incompétence évidemment la nient.

 

Leur objectif suprême c’est bien sûr d’être élu,

S’ils en cumulent trop nous proposent leur bru,

Ou leur fils, leur épouse… tout est bon pour régner,

On est toujours trop seul, faut être accompagné.

 

C’est donc en rang d’oignons que nous allons voter,

Sachant pertinemment que rien ne va changer.
Abusés, bafoués mais fiers d’y être allé

La carte d’électeur nous l’aurons avalée.

 

Le soir de l’élection, à la télévision,

Nous n’aurons en spectacle que leur satisfaction.

Ils nous remercieront, nous promettant la Lune

De cette mise en scène, nous restera des prunes.

 

Une fois installés dans leurs nouveaux fauteuils

Ils se croient sur un trône, de modestie font deuil,

Nous croient à leur service, réclament des honneurs,

A eux les privilèges et à nous la sueur.

 

Après tout ce spectacle silence retombera

Routine quotidienne re rythmera nos pas,

Demain tout sera gris comme à l’accoutumée,

La merde quotidienne faudra bien l’assumer.

 

Janvier 2004                                La Belette

et toujours d'actualité                

AUX URNES LES MOUTONS
Publié par René FRANCAL sur
Publié dans : #RIMES CONTESTATAIRES

La responsabilité de chacun.

 

Notre comportement engage l'avenir.

Celui qui lèse autrui, pour se faire du lard,

L'escroc et le banquier ne sachant que mentir,

Pourrissent le futur et sont de vrais loubards.

 

Les notables surtout sont comptables des mœurs.

Le notaire véreux qui spolie un client,

Justifie le voyou qui braque un convoyeur.

Les moyens employés, eux seuls, sont différents.

 

Les temps qui vont venir, c'est nous qui les  forgeons.12

Si vraiment vous voulez  du  bien à vos enfants,

Cessez vos vilenies et vos tours de cochons,

Vous souillez l'avenir de tous nos descendants.

 

Pensez-y, profiteurs, ambitieux aux longs crocs,

Avides spoliateurs, requins de la finance,

Corrupteurs pourrissant tous les contrats sociaux,

Exemples infectieux, fauteurs de déviances.

 

Si vous vous conduisez comme des aigrefins,

Toujours prêts à tromper pour grossir votre avoir,

Vous construisez un monde absurde et kafkaïen

Où vos propres enfants seront au désespoir.

 

Vous êtes dévoyés par votre avidité

Et la lucidité la plus faible vous manque ;

Comme à colin-maillard où les yeux sont bandés,

Vous avez des œillères en billets de banque.

 

René FRANCAL  31 12 2009

 

Publié par René FRANCAL sur
Publié dans : #RIMES CONTESTATAIRES

De l’agora à la télé.

 

Quand le sage Mentor instruisait Télémaque,

De la droite rigueur il prônait la vertu.

« Que votre probité résiste à toute attaque,

Pour un roi juste et fort vous serez reconnu ».

 

 « Le peuple se comporte à l’image du maître.

Montrez-vous vertueux, il le sera aussi.

Si de la fourberie vous êtes le grand prêtre

Les gens feront de même et deviendront pourris ».

 

En ces années deux mille on apprend aux énarques

Que le plus important est de savoir biaiser,

Que l’a duplicité est l’art de gouverner,

Et par de faux rapports entretenir l’arnaque.

 

« Maîtrisez les médias, c’est là qu’est le pouvoir.

Qui veut devenir chef doit avant tout savoir

Mentir avec l’œil rond et la main sur le cœur

Il faut en fausseté être toujours meilleur ».

 

De morale et d’éthique il n’en est plus question.

Il importe avant tout d’amuser l’opinion,

En tous lieux, par tout temps, se donner en spectacle.

Le peuple est occupé, tant pis pour la débâcle.

 

Ainsi pensait un Louis, le quinzième du nom,

Pour son propre plaisir faisant toujours la fête

Alors que le bon peuple mangeait des chardons.

Ce fût le roi suivant qui en perdit la tête !

 

René FRANCAL

 

"Celui qui ouvre une porte d'école ferme une prison"   Victor HUGO

 

Publié par PM sur
Publié dans : #RIMES CONTESTATAIRES

RAFLES

 

 

Le voici revenu le temps de l’innommable,

Le temps où l’être humain est traîné dans la boue,

Où il est arrêté dans son lit, à sa table,

Le respect de la vie ne vaut plus rien du tout.

 

La chasse aux sans papiers se fait à grande échelle.

Elle est la diversion d’un régime pourri,

Qui pour masquer à tous l’odeur de ses poubelles,

Poursuit le sans papier, le cloue au pilori.

 

Des gens en uniforme font la sale besogne,

Exécutent fidèles les ordres scélérats,

Reprennent aujourd’hui, et cela sans vergogne,

Les ignobles méfaits pourtant qu’on condamna.

 

Valets obéissant ils exécutent l’ordre.

Ils ont comme toujours l’alibi de la loi.

Jamais ne leur viendrait l’impératif de mordre,

Cette main assassine qui désigne leur proie.

 

Ils frappent à l’école pour arrêter des gosses,

Les prennent dans leurs classes, les envoient, inhumains,

Dans des centres fermés gardés par des molosses,

Les mettent dans l’avion vite le lendemain.

 

Peu sont les courageux aux fonctions officielles,

Qui osent publiquement dénoncer, s’opposer.

Préférant obéir, ils obstruent leurs cervelles,

Ramper comme un serpent ça évite d’oser.

 

Tout ça se fait ici, « Patrie des Droits de l’Homme »

Terre où dans le passé l’ignoble s’est produit,

Dire « Plus jamais ça ! » n’a aucun sens en somme

En ce début de siècle tombe déjà la nuit.

 

De la masse anonyme sortent pourtant des Justes,

Qui cachent les enfants dans leurs appartements,

Ils s’opposent enfin aux décisions injustes,

Et montrent qu’on peut vivre ici humainement.

 

Un jour viendra c’est sûr où les salauds, les traîtres,

Auront à rendre compte de leurs ignominies,

Et la tête baissée ils iront comparaître,

Devant un tribunal comme Papon le fit.

 

 

2008                                                                 La Belette

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Hébergé par Overblog