Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #matiere a reflexion

APPEL A LA CONSCIENCE HUMAINE,


Tous les êtres humains ont des droits.  Ils viennent de notre conscience. On ne peut les violer. Il est inacceptable d'y porter atteinte.


Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient abattus et bombardés comme un vil troupeau, que des familles soient décimées  et chassées de leur terre, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle.

Pourquoi le droit des peuples à disposer d’eux mêmes n’existe-t-il plus ?

Pourquoi l’acceptons nous par notre silence ?

En Palestine, des scènes d’épouvante ont eu lieu, et ont lieu, dans la bande de GAZA. Les Palestiniens sont des hommes, les Palestiniennes sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont des nôtres comme tant d’autres. Un être humain ne peut l’oublier.
La France, l’Europe, les Nations Unies qui portent, en principe, dans la conscience de tous et toutes la tradition du respect de la personne humaine, ne peuvent pas se rendre complice, et d’une certaine manière responsable, de ces horreurs.

 

Lettre d’Appel pour la Palestine sur le modèle de la «  LETTRE DE S.E. MONSEIGNEUR L’ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE SUR LA PERSONNE HUMAINE » Jules-Géraud SALIÈGE - Archevêque de Toulouse -23 août 1942

                                                                                          P.M Toulouse – 26 juillet 2014

 

APPEL A LA CONSCIENCE HUMAINE
Publié par PM sur
Publié dans : #matiere a reflexion

INCIVILITE ET DECADENCE

 

L’incivilité c’est lorsque l’on ne respecte plus l’autre, ce qui s’exprime par le non-respect de ce qui est commun à l’ensemble des membres d’une collectivité, aussi bien les valeurs morales que les biens matériels. 

 

Il y a toujours eu de l’incivilité, ou des incivilités, cela tient à la manière dont la société a su ou non faire intégrer à ses membres ses valeurs morales. Mais de manière générale, l’incivilité est un phénomène marginal qui tout en étant sous contrôle de la société, ne constitue cependant pas un élément de déstabilisation sociale.

 

Lorsque l’incivilité devient un phénomène récurrent, général et déstabilisant, se pose alors un problème grave à l’ensemble de la société. Ce phénomène montre alors que celle-ci n’a plus les moyens de faire respecter la règle commune, tacitement acceptée par tous.

 

L’incivilité peut prendre différentes formes qui, à priori, n’ont pas de liens entre elles :

 

  • la délinquance simple : l’atteinte aux personnes et aux biens, qui peut aller jusqu’à la délinquance organisée (maffias, réseaux,…),
  • la dérive communautariste qui fracture la société et soumet ses règles aux lois des clans,…
  • le refus de la règle, présentée comme l’expression du fonctionnement démocratique de la société : l’abstention politique entre autre.

 

Bien sûr ces différentes formes représentent des niveaux de conscience et d’intérêt très disparates. Tous, pourtant, concourent à un affaiblissement du fonctionnement social, à une déstabilisation de la collectivité.

 

L’incivilité est le symptôme du délitement du lien social. Plus l’incivilité se généralise, plus cela signifie que le lien social est atteint, n’assure plus la cohésion sociale qui fait que le vivre ensemble est possible.

 

Mais qu’est ce que le lien social ? C’est l’ensemble des relations qui, dans une société donnée, fait que chaque individu occupe une place déterminée et par là-même, trouve un sens à l’ensemble dans lequel il vit. La stabilité sociale est assurée quand le lien social fait consensus, même s’il est fondé sur des situations conflictuelles et antagonistes. Exemple : dans les pays de capitalisme développé, le lien social marchand, salarial, quoique conflictuel est/était fondé sur un relatif consensus qui assure la stabilité de l’ensemble du système.

 

La remise en question de l’ensemble du système peut se faire de deux manières :

 

  • soit de manière explicitement politique par un projet de transformation radicale qui, à la fois dénonce le système existant et en propose un autre… c’est ce que l’on appelle un processus révolutionnaire ;
  • soit par une lente dégradation de la stabilité du système … dégradation qui prend la forme d’incivilités, révoltes sporadiques, refus collectifs, transgression des règles,… le tout sans projet d’ensemble… c’est la décadence.

 

C’est le deuxième cas que nous vivons aujourd’hui. L’incivilité est l’expression de la perte de sens du système. Les institutions qui le structurent sont en crise : classe politique déconsidérée, système électoral incapable d’apporter une quelconque solution, appareil de production qui n’assure plus l’intégration sociale, Ecole déboussolée, effondrement des services publics, développement de la concurrence et de l’individualisme,… Bref, les valeurs qui fondaient la République et qui constituaient un ciment social, apparaissent comme dépassées et obsolètes.

 

Les autorités politiques ne peuvent évidemment pas reconnaître une telle situation. Aucun pouvoir politique ne peut reconnaître la décadence de la société à la tête de laquelle il se trouve. Il lui faut trouver des explications détournées : complot de l’étranger, terrorisme, maffias, perte de sens moral, crise économique, …

 

Il confond souvent, et c’est actuellement le cas, la cause avec la conséquence

Exemples : ce n’est pas le communautarisme qui monte en France qui est la cause de la décadence, mais l’inverse… le système excluant, individualisant, fragilisant, précarisant, chacun essaye de se protéger, de trouver de nouveaux repères… Ce n’est pas l’abstention qui est la cause de la crise du politique, mais au contraire la politique déconsidérée qui entraîne le refus de cautionner les politiciens…

 

Le modèle républicain d’intégration ne fonctionne plus,… la crise de l’Ecole en est le symptôme le plus évident.

 

La riposte de la société se fait selon deux schémas ; la persuasion/éducation et la répression…. La carotte et le bâton.

 

Rappel des valeurs et appel à la responsabilité. Ces actions tombent d’autant plus mal qu’elles sont évoquées par une classe politique parasite souvent corrompue et ayant perdu tout crédit. Reste le bâton, l’ordre.

 

Difficile dialectique pour le pouvoir dans une société en pleine décadence… et dans laquelle aucun projet d’avenir n’apparaît. La décadence nourrit les incivilités qui elles même préparent le terrain à toutes les démagogies… et donc à toutes les aventures.

 

24 juillet 2014

 

 

 

INCIVILITE ET DECADENCE

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Hébergé par Overblog