Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #billet d'actualite

Billet d'actualité..............................................................................................

 

VIOLENCE DU POUVOIR, VIOLENCE DE LA RUE

 

 

Il y a en République, une violence légitime, celle du Pouvoir et une violence illégitime, celle de la Rue. Logique, puisque, nous l’avons vu – LEGITIMITE DU POUVOIR / LEGITIMITE DE LA RUE– la Rue n’a aucune légitimité dés lors qu’elle la cède au Pouvoir.

 

La violence du Pouvoir a donc pour objectif de garantir les intérêts de la Rue, puisque celle-ci n’a plus le pouvoir de le faire.

 

Quel sens a donc une violence s’exprimant dans la Rue Elle est forcément d’essence antidémocratique, antirépublicaine puisque seul le Pouvoir dispose de la violence et que lui seul est l’expression de la Rue. Autrement dit, des salariés licenciés, qui viennent demander des comptes au Pouvoir qui leur avait garanti leur emploi, ne peuvent s'exprimer et revendiquer que s’ils renoncent finalement à obtenir une explication, quand ils voient leur chemin barré par les forces de répression envoyées par ce même Pouvoir. Toute tentative de passer en force est illégitime.

 

Un tel rapport, exprimé par la violence, éclaire singulièrement la notion même de légitimité du Pouvoir.

 

Ainsi notre système politique, qui se dit démocratique, réalise le tour de force extraordinaire de tenir pour responsable, non pas le Pouvoir qui manipule, ment et dissimule, mais la Rue qui naïvement a fait confiance à ses représentants qui constituent le Pouvoir. La Rue est, au sens démocratique, dans... l’illégalité.

 

Le discours, l’attitude du Pouvoir, se fondent sur la confiance qu’en a la Rue, mais ils se fondent aussi sur l’impératif de sauvegarder un système économique, qui à défaut d’un autre, est accepté/supporté par la Rue. Le pouvoir de conviction, de communication, de persuasion du Pouvoir pour faire accepter ce système a incontestablement des limites.

 

L’illusion démocratique d’un Pouvoir fondée sur une telle conception ne tient que dans la mesure où les conditions qu’il impose à la Rue sont supportables par elle. La violence du Pouvoir s’opposant à celle de la Rue, dans des conditions où l’inacceptable est atteint : exclusion, pauvreté,…perd alors sa véritable légitimité aux yeux de celle-ci,… même s’il est légalement légitime. Le mécanisme de transfert de légitimité entre la Rue et le Pouvoir ne joue alors plus, la confiance est brisée, du moins du côté de la Rue. L’une et l’autre doivent prendre leurs responsabilités : la Rue en redéfinissant la problématique de la définition du pouvoir, le Pouvoir en tentant un coup de force pour conserver le pouvoir,…. montrant alors son véritable visage.

 

Si nous n’en sommes pas encore là,… on en approche !

 

28 avril 2013

 

VIOLENCE DU POUVOIR / VIOLENCE DE LA RUE

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Archives

Hébergé par Overblog