Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié par PM sur
Publié dans : #matiere a reflexion

L’ETAT S’EN FOUT !

 

L’affirmation est un peu lapidaire mais correspond, hélas, parfaitement à la situation actuelle.

 

À nous tous, on nous a appris à l’École, dans les cours d’instruction civique et dans tous les discours politiques que l’on entend dans les médias, que l’Etat est le représentant de l’intérêt général, l’arbitre de la société civile, celui par qui la stabilité et le bien être collectif sont assurés. Dans la doxa républicaine, l’Etat tient une place de choix dans la mesure où il est censé incarner et défendre les valeurs de la République.

 

Tout cela est absolument faux ! Nous en avons tous les jours la preuve aujourd’hui,

 

Qu’est ce qui permet de l’affirmer ? A peu près tout ce qui se passe dans tous les domaines de l’activité économique et sociale !

Liquidation des services publics (énergie, santé, hôpitaux, transport, école…).

Liquidation petit à petit des acquis sociaux (retraites, législation du travail,…)

Ouverture de tous les marchés (marché des biens et services entre autre celui du médicament, marchés financiers, marché de la force de travail,…) entraînant spéculation généralisée, raréfaction des biens et de l’emploi.

Généralisation de la privatisation de toute activité économique et sociale dont le TAFTA doit être l’accomplissement final !

Il est de toute évidence et de notoriété publique que des secteurs d’activités sont essentiels à la vie en société et ne sauraient être livrés aux appétits gloutons du secteur privé (santé, énergie, habitat,… en particulier)… Or tous ces secteurs sont privatisés ou en voie de l’être… aussi bien par la Droite que par la Gauche. Le programme économique et social du Conseil National de la Résistance  qui était fondé sur cette évidence est en passe de disparaître totalement.

L’économique, le social, le culturel, l’enseignement, l’écologique, sans parler du financier,… sont peu à peu livrés pieds et poings liés au marché et à sa loi de rentabilité et de spéculation.

Autrement dit, l’Etat, à terme, n’offrira plus aucune garantie citoyenne de vie décente à la majorité. Seul l’argent sera une garantie. Seuls pourront vivre, celles et ceux qui auront la chance d’avoir un revenu par l’héritage, la spéculation ou leur travail qui se raréfie de plus en plus.

 

Comment en est-on arrivé là ?

 

Nous vivons sur un mythe. L’Etat n’a jamais été, dans l’Histoire, dans aucun système économique et social, l’institution neutre que nous croyons qu’il est. L’Etat a toujours été l’instrument de domination de la fraction dominante de la société. Si ceci est évident dans une dictature, ça l’est beaucoup moins dans ce que l’on appelle une démocratie. Pourquoi ? Parce que dans cette dernière, les représentants qui occupent les instances de l’État, tiennent leur légitimité du Peuple. Or, un changement ne se fait pas, comme on le croit par une révolution ou une insurrection. À terme c’est l’échec assuré (voir l’exemple soviétique). Un système s’instaure par un long travail d’implantation de ceux qui vont devenir la nouvelle classe dirigeante. Une fois au pouvoir, qu’ils prennent ou non avec l’appui du Peuple qu’ils manipulent (voir la Révolution Française) ils détiennent tous les moyens idéologiques, culturels, psychologiques et évidemment policiers et militaires pour s’y maintenir. C’est la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Si demain nous votons,… les mêmes seront au Pouvoir ! ! !

 

L’Etat instrument de domination

 

L’Etat, entre les mains des possédants devient leur instrument pour s’assurer que les principes du système en place fonctionnent avec le moins d’accrocs possibles. Dans le capitalisme, le principe est simple : toute la richesse va aux détenteurs du capital. La quote-part distribuée aux salariés leur permet d’assurer leur survie et de travailler.

Toute amélioration des conditions de vie et de travail des salariés ne peut-être que le résultat d’une lutte. Dès que le rapport de force fléchit ou s’inverse, la classe possédante reprend ce qu’elle avait été obligée d’accorder. Certaines périodes de troubles politiques, de fortes tensions sociales peuvent être propices à des avancées sociales : Front Populaire, Libération, Mai 68, La gauche en 1981. Mais tout est remis en question au moindre fléchissement des salariés…ce qui est le cas aujourd’hui.

Aujourd’hui, avec la mondialisation marchande, multinationales aux multiples filiales, mécanisation à outrance, possibilité de délocalisation, ce qui constituait le cœur contestataire du capitalisme est complètement éclaté ; la force de frappe du salariat, la classe ouvrière, est éclatée et le rapport de force n’est plus en sa faveur. L’Etat joue donc son rôle avec une relative liberté d’action. Il contribue au démantèlement de tous les acquis sociaux au grand profit du Capital qui peut dès lors fonctionner à plein régime.

Il ne reste plus à l’Etat qu’à assurer la valorisation du capital en prévenant et réprimant les victimes du capital : les salariés, les exclus, les jeunes, les retraites.

Le Capital n’a même plus à s’acheter la paix sociale comme il le faisait autrefois. Il n’attend de l’Etat que la mise au pas des contestataires… d’où la répression accrue des mouvements sociaux.

 

On peut donc dire que l’Etat se fout :

  • de l’emploi qui n’est qu’un détail de la valorisation du capital,
  • de la santé qui n’est qu’un produit des initiatives privées (labos, cliniques) et devient par là même source de profits
  • des retraites livrées aux fonds de pension,
  • des services publics qui disparaissent au profit du privé,
  • de l’environnement qui ne peut-être qu’une gêne à l’expansion du capital,
  • de la pauvreté qui n’est qu’un sous-produit de la richesse du capital, laissée aux bons soins des associations,

Sa fonction essentielle est d’assurer la stabilité sociale du système marchand. S’étant désengagé de toute intervention économique et sociale, il assure cette fonction par la coercition, la violence et la répression : il faut mater la meute qui se révolte.

Nous en sommes là, aujourd’hui.

 

Conclusion : ce n’est pas en changeant le personnel à la tête de l’État que l’on changera la Société, mais en commençant à changer à la base, à notre niveau, les structures de production, d’échange et de consommation. Tout discours politique classique est une escroquerie.

 

            17 avril 2016                                                                             Patrick MIGNARD

 

L'ETAT S'EN FOUT !

Pourquoi ce site ?

fedetlib.overblog.com

Rédigé par PM

Pourquoi ce site ?

Articles récents

Hébergé par Overblog